Menu Archives

 

 

Création officielle du cercle Gaston-Crémieux

A la suite de la première diffusion du Manifeste de 1967, ses signataires ont formalisé l’existence du Cercle dont il annonçait la création sous forme d’une association selon la Loi de 1901 (déclarée le 19 février 1968, J.O. du 10 mars 1968). Son « objet », disaient ses statuts, est de « susciter des confrontations, recherches, libres débats et actions sur les problèmes soulevés par le fait juif en France et dans le monde ». L’association était ouverte « à tous ceux qui approuvent son action » : en clair, elle n’était évidemment pas réservée aux seuls Juifs. C’est l’un de ses fondateurs, Pierre Vidal-Naquet, qui a suggéré de lui donner un nom propre, celui de Gaston Crémieux pour éviter d’avoir préciser ses spécificités par une longue périphrase.

Cette naissance a été saluée par plusieurs organes de presse, dont Le Monde et Le nouvel Observateur, qui ont repris le texte du Manifeste ou plusieurs de ses passages pour en caractériser l’orientation.

Le Cercle Gaston-Crémieux a été reconnu comme « organisme d’intérêt général à caractère culturel et philanthropique » le 21 septembre 2004. Il s’était rapidement doté d’une revue : Cahiers du cercle, dont le premier numéro a paru en « hiver 1968 » mais celle-ci n’a pris réellement la forme d’un organe de presse, sous le nom de Diasporiques/Cahiers du Cercle Gaston-Crémieux, qu’en 1996. Les 44 numéros de cette revue figurent intégralement sur ce site (accès par le bandeau) ainsi que les Cahiers à l'exception des N° 4 à 6

inc_bas
dernière mise à jour : 17 mai 2020

ACCUEIL | PLAN DU SITE|